News

Reste en contact!

S.4 OULAN BATOR - OULAN BATOR

S.4 OULAN BATOR - OULAN BATOR

Au grand galop dans les steppes de Mongolie! Cette boucle autour d’Oulan Bator s'est faîte quasiment sans liaison avec des points de départ et d’arrivée situés à quelques encablures du bivouac. Au menu du jour : des lits de rivières asséchées, des petites collines mais, surtout, des pistes traversant l’immensité des steppes mongoliennes. Les concurrents ont abordé des plateaux empierrés bordés de pitons rocheux et de lacs salés. Attention aux animaux sauvages qui raffolent également de la vitesse ! Le deuxième volet de ce secteur sélectif le plus long du rallye a été tracé dans des paysages magnifiques au cœur de pyramides rocheuses. Cette étape pouvait s’avérer déterminante pour le classement avec une navigation toujours compliquée et des passages à haute vitesse dans les steppes.

Motos : choix cornélien pour Honda

Une étape marathon est souvent cause d’ennuis. Et celle imposée aujourd’hui aux motos sous la forme d’une boucle de 470 kilomètres autour d’Oulan Bator n’a pas fait exception à la règle.

En s’élançant premier en piste aujourd’hui, Kevin Benavides (Monster Energy Honda Team) savait qu’il concèderait un peu de temps à ses adversaires. Mais il ne s’attendait certainement pas à concéder plus de 18 minutes à la suite d’une rupture du support de freins avant dès le 40e kilomètre… Autant dire que sa soirée en parc fermé, sans la moindre assistance, est loin d’être terminée ! Relégué à la 4e place au général, il accuse désormais un retard de 15:38, tandis que ‘Nacho’ Cornejo, son équipier le moins bien classé, pointe à 34:31 du leader.

Si Honda décide de remplacer la pièce défectueuse durant les 15’ de mécanique accordées aux pilotes demain matin avant le départ, le règlement stipule que le pilote se présentant sur la ligne avec la nouvelle pièce sera pénalisé de 3 heures. Mais s’agira-t-il de Benavides ou de Cornejo ? Ce dernier pourrait effectivement se sacrifier pour son leader en lui cédant, dès ce soir, les freins avant de sa machine. Autant dire que du côté du Red Bull KTM Factory, on se frotte les mains. Le doublé réussi aujourd’hui par Sam Sunderland et Luciano Benavides, se traduit également par un tir groupé au général, où Joan Barreda (Honda), pris en flagrant délit d’erreur de navigation en fin de spéciale, glisse pour une petite seconde sur la troisième marche du podium provisoire.

Sam Sunderland (G-B/Red Bull KTM Factory) 1st

“Une très longue journée, mais une spéciale rapide. Difficile de conserver la concentration d’autant plus qu’il s’est mis à pleuvoir sur une partie de l’étape, diminuant encore la visibilité. Mais je me sentais bien sur la moto et je n’ai pas eu de souci de navigation. Mais la suite du rallye est une totale inconnue pour nous, il est difficile d’élaborer une quelconque stratégie dès aujourd’hui. »

Belle journée également pour Rafal Sonik (Yamaha Raptor) chez les quads. Le champion toutes catégorie de la discipline consolide son avance au général sur le Russe Aleksandr Maksimov (Yamaha Raptor), tombé en panne d’essence avant d’être secouru par les réservoirs arrières de la moto d’Anastasia Nifontova, juste avant la chute (épaule fracturée) de la pilote russe. Quant à Arkadiusz Lindner (Can-Am Renegade), il était signalé roulant au ralenti sur la piste, juste derrière le camion balai…

Autos : Al-Attiyah steppe by steppe

Jour après jour, étape après étape… steppe by steppe : Nasser Al-Attiyah et Mathieu Baumel (Toyota Gazoo Racing Overdrive) survolent la catégorie auto. Reçus quatre sur quatre au terme de la boucle d’Oulan-Bator les lauréats du dernier Dakar semblent se la couler douce. Mais posez-leur la question et la réponse fusera : « fake news ! ». Car depuis quatre jours ce SILK WAY RALLY 2019 est tout sauf un long fleuve tranquille. Et lorsqu’on avale 470 bornes de steppe à la moyenne horaire stupéfiante de 120 km/h, vous en conviendrez, on est le loin de rouler le coude à la portière ! La bonne nouvelle chez Toyota, c’est que les deux Hilux ont réussi un tir groupé, puisque Eric Van Loon et Sébastien Delaunay, partis en 8es ce matin, ont mangé leur poids en poussière pour effacer leur ennuis mécaniques de lundi. Derrière, les Buggies font la loi avec les Chinois Liu Kun (Hanwei SMG) et Han Wei (Geely SMG), mais aussi l’Optimus ‘made in France’ de Jérôme Pélichet. Quatrième aujourd’hui, il profite d’une pénalité de 2 minutes (vitesse excessive dans une zone de danger) infligée à Han Wei pour se hisser à la 3e place au général ! Bien parti sur cette première étape de vérité, Mathieu Serradori (CR6 SRT) a, quant lui, concédé pas mal de temps suite à des soucis d’accélérateur sur son nouveau buggy.

Eric Van Loon (P-B/Toyota Overdrive) 2e: « Une spéciale extraordinaire ! Je roule depuis 12 ans et je n’ai jamais connu cela. 470 kilomètres à fond, tout en pilotage dans des décors de rêve, ce fut un véritable régal, même si nous avons dû rouler dans la poussière de mal de monde, notamment de plusieurs camions très compliqués à dépasser. Heureux également de me retrouver en tête du peloton après nos ennuis mécaniques de lundi… »

Cette 4e étape n’a fait qu’asseoir la domination de Sergei Kariakin (Can-Am Maverick) sur la catégorie SSV. Une nouvelle victoire qui permet au Russe de reléguer son compatriote Schmotev (Can-Am Maverick) à plus de 25 minutes. Quant à l’Américain Jones (Can-Am Maverick), encore 2e aujourd’hui, il pointe désormais à près d’une heure au général.

Camions : MAZ, MAZ, MAZ !

Dans le combat de voisins que se livrent les Biélorusses de MAZ et les Russes de Kamaz, les bolides rouges de Minsk ont frappé fort aujourd’hui. Profitant des ennuis à répétition au sein de l’armada bleue, minée par l’explosion de pneus surchauffés à haute vitesse, puis d’ennuis de radiateur pour Karginov, les MAZ signent un triplé historique. Malgré une petite frayeur, Siarhey Viazovich signe sa troisième victoire d’étape, tandis que ses équipiers Vasilevski et Vishneuski complètent le podium du jour. Au général, Viazovich compte désormais plus de 23 minutes d’avance sur Anton Shibalov et plus d’une demi-heure sur le tenant du titre Andrei Karginov.

Siarhey Viazovich (Blr/MAZ) : « Nous partions derrière les Kamaz aujourd’hui. Dans la poussière et sur ces pistes rapides, c’était impossible de dépasser. La seule fois que nous avons essayé, nous avons fini dans une ravine. Heureusement sans mal pour le camion, ni l’équipage. Nous sommes repartis à la charge, lorsque nous avons vu Karginov avec la cabine baissée. Puis nous avons dépassé Shibalov qui venait d’avoir une crevaison. Une fois en tête nous avons rallié l’arrivée tranquillement, comme à l’entraînement, car nous savions que nous avions fait le job ! »

LE CHIFFRE DU JOUR

15.000

Place à la fête ! Dès demain Oulan-Bator mettra ses problèmes de côté à l’occasion du Naadam. C’est l’événement de l’année : trois jours durant, la Mongolie est paralysée, l’aéroport est même fermé ! Ce festival célèbre l’anniversaire de la révolution mongole, en 1921. Plusieurs compétitions se déroulent autour de trois sports : le tir à l’arc, la lutte mongole et la course de chevaux. Dès demain quelques 15.000 touristes étrangers viendront se joindre au million et demi de Mongols venus, en habits traditionnels, fêter l’événement dans la capitale des steppes.

ROAD BOOK

Demain: Etape 5 OULAN BATOR - MANDALGOVI: Splendeurs de Mongolie - Kilométrage total: 364,59KM - Secteur sélectif: 337,00KM

Cette 5e étape est tracée au cœur des splendeurs de Mongolie : collines, steppes, hors-piste et pistes parallèles à gogo. Un cocktail redoutable pour les plus distraits. Traversant des zones touristiques avec de nombreux monuments et slalomant entre les cratères rocheux, le tracé ira rechercher un peu de fraîcheur en altitude. Des pistes montagneuses imposant un rythme soutenu, mèneront les concurrents sur un plateau à 1.600 mètres d’altitude.

DES PARTENAIRES FIDELES

GAZPROM, partenaire principal DU RALLYE

Sponsor dès la première édition du Silk Way Rally en 2009, PJSC "Gazprom" est une société énergétique mondiale. La mission de Gazprom est de proposer une offre fiable, efficace et équilibrée de gaz naturel aux consommateurs, ainsi que d’autres types de ressources énergétiques et leurs produits dérivés.

TOYOTA

TOYOTA reconduit son partenariat avec le Silk Way Rally en tant que véhicule officiel de l’organisation.

De par leur conception et leurs capacités uniques, les voitures tout-terrain TOYOTA ont prouvé leur extraordinaire résistance pendant les diverses reconnaissances et le rallye. TOYOTA, symbole de confiance technique et technologique, fournit les voitures officielles du Silk Way Rally depuis 2016, afin de l’accompagner sur ses routes et pistes inexplorées.

 

INTERVIEWS


MOTOS


Sam Sunderland (G-B/Red Bull KTM Factory) 1 er
“Une très longue journée, mais une spéciale rapide. Difficile de conserver la concentration
d’autant plus qu’il s’est mis à pleuvoir sur une partie de l’étape, diminuant encore la visibilité.
Mais je me sentais bien sur la moto et je n’ai pas eu de souci de navigation. Mais la suite du
rallye est une totale inconnue pour nous, il est difficile d’élaborer une quelconque stratégie
dès aujourd’hui. »


Kevin Benavides (Arg/Monster Energy Honda Team) 12 e
« J’ai perdu les freins avant au kilomètre 40 ce qui m’a obligé de rouler 430 dans ce
conditions. Ce fut un enfer ! Nous devons discuter avec le team de ce que nous allons faire
ce soir. »


Adrian Van Beveren (Fr/Yamaha Rally Team) 4 e
« C’était une étape super rapide, mais vraiment pas mal. C’était très long donc il fallait rester
fort concentré pour éviter de commettre une erreur à haute vitesse. J’ai essayé d’épargner
mes pneus et je suis plutôt satisfait car ils sont en bon état. La machine est ok. J’ai juste
commis une grosse erreur au départ qui me coûte deux minutes trente… »


AUTOS


Nasser Al-Attiyah (Qat/Toyota Gazoo Racing Overdrive) 1 er
« Nous avons roulé à notre rythme aujourd’hui. Ce n’est jamais facile de gérer une spéciale
aussi longue et rapide en essayant d’aller vite sans commettre d’erreur. C’est une quatrième
victoire d’étape d’affilée, mais nous devons rester vigilants. Chaque jour nous essayons
d’accroître notre avantage pour bénéficier de plus en plus de marge de manœuvre pour la
suite… »


Eric Van Loon (P-B/Toyota Overdrive) 2 e
« Une spéciale extraordinaire ! Je roule depuis 12 ans et je n’ai jamais connu cela. 470
kilomètres à fond, tout en pilotage dans des décors de rêve, ce fut un véritable régal, même
si nous avons dû rouler dans la poussière de mal de monde, notamment de plusieurs
camions très compliqués à dépasser. Heureux également de me retrouver en tête du peloton
après nos ennuis mécaniques de lundi… »


Jérôme Pélichet (Fra/Optimus Raid Lynx) 4 e
« Tout s’est bien passé aujourd’hui. C’était très rapide et très beau sur toute la longueur de
l’étape. Sur la fin j’ai un peu levé le pied car je commençais à souffrir physiquement. Je n’ai
plus 20 ans et je ne suis pas un athlète, donc 470 km à ce rythme, cela devient compliqué
pour moi. »


CAMIONS


Siarhey Viazovich (Blr/MAZ) 1 er
« Nous partions derrière les Kamaz aujourd’hui. Dans la poussière et sur ces pistes rapides,
c’était impossible de dépasser. La seule fois que nous avons essayé, nous avons fini dans
une ravine. Heureusement sans mal pour le camion, ni l’équipage. Nous sommes repartis à
la charge, lorsque nous avons vu Karginov avec la cabine baissée. Puis nous avons
dépassé Shibalov qui venait d’avoir une crevaison. Une fois en tête nous avons rallié

l’arrivée tranquillement, comme à l’entraînement, car nous savions que nous avions fait le
job ! »


Sergei Kuprianov (Rus/Kamaz-Master) 4 e
« La spéciale s’est parfaitement déroulée pour nous. Pas le moindre souci. Cela m’a rappelé
certaines spéciales au Maroc. Nous nous sommes arrêtés pour sortir le buggy du Canadien
Bensadoun d’une crevasse. Ensuite nous avons rejoint l’arrivée sans commettre la moindre
erreur de navigation. »


Anton Shibalov (Rus/Kamaz-Master) 5 e
« Ce n’était vraiment notre jour. A haute vitesse constante dans le sable et sur les pistes
sinueuses, nos pneus n’ont pas supporté la chaleur. Nous avons dû nous arrêter à deux
reprises pour changer des roues. Nos équipiers ont connu des problèmes similaires
aujourd’hui. Cela nous a coûté pas mal de temps. Mais le rallye est encore long et beauoup
de choses vont encore se passer. »