News

Reste en contact!

ETAPE 9 : ALASHAN - JIAYUGUAN

ETAPE 9 : ALASHAN - JIAYUGUAN

Kilométrage total : 501,20 km Secteur sélectif : 290,30 km 30% dunes / 10% sable / 60% terre

Quand passe le marchand de sable
Cette avant dernier secteur sélectif a pris son envol depuis le point d’arrivée de la veille. Un piste sablonneuse à la fois rapide et belle. De quoi admirer les dunes géantes du Désert de Gobi. Au fil des kilomètres, la piste s’est faite plus technique avec des bosses, des dunettes et des oueds à suivre, à longer ou à franchir. En vue de l’arrivée la piste était nettement plus rapide.

@ RETENIR
# Motos : Short, clap, première !
# Autos : Al-Attiyah, la force tranquille
# Camions : Shibalov montre les dents !
# Demain : à la poursuite du Tigre blanc

Motos : Short, clap première !

Après Oriol Mena (Hero) c’est Andrew Short (Rockstar Energy Husqvarna), un autre pilote issu du motocross qui a profité de ce SILK WAY RALLY 2019 pour remporter sa première étape sur une manche du Championnat du Monde FIM. Rude pour les hommes et leurs machines, ce 9e secteur sélectif correspondait certes au style de pilotage de l’ancienne star du SX (SuperCross), mais cela n’enlève rien au mérites du pilotes américain qui découvrit cette discipline voici moins de deux ans à peine. Derrière lui, Paulo Gonçalves (Hero Motorsport) signe un autre beau résultat qui doit lui faire regretter ses ennuis moteur sur la dernière étape en Mongolie. Tout aussi heureux aujourd’hui, Adrien Van Beveren (Yamaha Racing Team) s’empare de la 3e place aujourd’hui. Mal à l’aise sur les pistes sinueuses et glissantes en Sibérie, et déforcé par l’absence d’une 6e vitesse sur sa machine sur les pistes rapides de Mongolie (la boîte 6 devrait équiper la Yamaha dès septembre), le triple vainqueur de l’Enduropal du Touquet, s’est complètement retrouvé dans le sable du désert de Gobi. 

Au classement général, à la veille de l’arrivée, Sam Sunderland (Red Bull KTM Factory) conforte sa place de leader. Nettement plus relax à l’arrivée aujourd’hui, qu’il ne l’était hier à la suite de sa chute, le pilote britannique, 4e du jour à 4:19, a puisé une bonne dose de confiance qui devrait l’aider à ponctuer victorieusement ce SILK WAY RALLY. Derrière lui, les places sur le podium se disputeront, en revanche, sur l’ultime spéciale menant au podium final. Avec un Andrew Short, actuel deuxième, n’ayant jamais ouvert la piste, mais surtout Van Beveren (3e à 51 secondes), Kevin Benavides (Monster Energy Honda), 4e à 3:17 et Luciano Benavides (Monster Energy Honda), 5e à 12:27, la course aux médailles d’argent et de bronze promet d’être passionnante lors du sprint final vers Dunhang.

Autos : Al-Attiyah, la force tranquille

Sur la ligne d’arrivée de cette 8e étape, Nasser Al-Attiyah (Toyota Gazoo Racing Overdrive) prend son temps. Le traits tirés, le pilote qatari a souffert. A l’évidence, cette 8e étape au travers d’un océan de sable et de dunes a laissé des traces. Mais comme depuis le début de ce SILK WAY RALLY, le triple vainqueur du Dakar ne faiblit pas. Modèle d’efficacité, le duo qu’il forme avec Mathieu Baumel dans l’habitacle de la Toyota Hilux aux couleurs du Gazoo Racing, fléchit parfois, mais ne rompt jamais. Il suffisait de voir les visages défaits de Han Wei (Buggy Geely SMG) et d’Eric Van Loon (Toyota Hilux Overdrive) à la sortie de leurs voitures pour mesurer par quel enfer ils venaient de passer. Le pilote chinois profite de cette deuxième place, pour se hisser sur la deuxième marche du podium provisoire. 

On attendait une bataille intense avec le Buggy Optimus de Jérôme Pélichet. Mais celle-ci n’eut jamais lieue. Concédant une demi-heure suite à un bris de cardan le Français échoue huitième à près de 40 minutes aujourd’hui, avec un moteur diminué par des problèmes électriques. Tout juste, peut-être, de quoi sauver in extremis une troisième place sur le podium. Toujours à la recherche d’une victoire d’étape, Mathieu Serradori (Buggy CR6 SRT) s’est, quant à lui, peut-être laissé emporter par sa fougue. Dans sa lutte avec Han Wei pour la deuxième place du jour, le pilote de Fréjus a heurté un rocher et arraché une roue à 50 kilomètres de l’arrivée…

Camions : Shibalov montre les dents !

Remporter le SILK WAY RALLY, reste un must que les pilotes officiels Kamaz-Master aiment afficher sur leur CV. En prenant la tête de l’épreuve hier suite au cumulet dans les dunes du MAZ de Viazovich, le jeune pilote Kamaz-Master, a tenu à démontrer à chacun que sa première place n’était pas usurpée. 

Parti en tête aujourd’hui, sur ce qui restera comme l’une étapes les plus difficiles de cette édition 2019, il a enclenché l’option sport de la nouvelle boîte automatique de son monstre bleu pour s’offrir une journée de surf sur les dunes du désert de Gobi. Reléguant ses équipiers Karginov (tenant du titre) et Mardeev (double vainqueur de l’épreuve) à respectivement 24:48 et 37:29 au général à la veille de l’arrivée, Shibalov a voulu tuer dans l’œuf, toute velléité de complot interne à son égard.

LE CHIFFRE DU JOUR

21.196

En installant son bivouac à Jiayuguan pour son dernier bivouac avant l’arrivée, le SILK WAY RALLY flirte avec l’extrémité occidentale de la Grande Muraille de Chine, matérialisée par le ‘Fort de la vallée fertile’. La Grande Muraille a été mesurée à différentes reprises. En 2012 les autorités chinoises avançaient une longueur officielle de 21.196,18 mètres, soit 5 fois la traversée des Etats-Unis d’Est en Ouest ou 175.000 terrains de football alignés ! Le calcul mérite pourtant d’être relativisé, car il tient compte de toutes les murailles, parfois multiples, qui se jouxtent ou se superposent à certains endroits depuis des siècles et au gré des différentes dynasties. En réalité, on estime généralement que la ‘8e Merveille du Monde’, mesure plus ou moins 5.000 kilomètres. D’où son surnom original de ‘longue muraille des 10.000 li’. L’unité de mesure du ‘li’ étant équivalent à 500 mètres… 


DEMAIN -  ETAPE 10 : JIAYUGUAN – DUNHUANG
Kilométrage total : 556,66 km
Secteur sélectif : 255 km
10% sable / 20% empierré / 70% terre

A la poursuite du Tigre blanc
Cet ultime secteur sélectif de l’édition 2019 s’élance de l’extrémité occidentale de la Grande Muraille de Chine. Jeu de pistes au cœur de canyons et sur des plateaux, slalom sur des pistes techniques et dans des lits de rivières asséchées : la première partie de la journée s’annonce encore particulièrement rude. Ensuite, à mi-parcours, une vallée annoncera la fin des véritables hostilités. Les derniers kilomètres vers l’arrivée finale se feront en roue-libre, à haute vitesse sur terrain plat.

INTERVIEWS

MOTOS

Andrew Short (Rockstar Energy Husqvarna) 1er : « Aujourd’hui cela ressemblait plus à du MX. Je me sentais sur la moto, et puisque j’avais une bonne position au départ, j’ai pu en profiter. C’est vraiment sympa de remporter ma première victoire FIM en rallye, mais cela m’a pris nettement plus de temps que je l’avais imaginé. Et j’ai encore pas mal de chemin à faire. Les autres gars qui roulent avec moi, font ceci depuis tellement longtemps. Il est clair que cette première participation des motos au SILK WAY RALLY a nivelé les niveaux. Mais on retrouve tout de même les meilleurs pilotes à l’avant… » 

Adrien Van Beveren (Yamaha Rally Team) 3e : « Il y avait une portion de hors-piste au début, mais quand tu pars devant, c’est nettement moins rigolo. J’ai poussé fort pour rattraper Kevin (Benavides) et j’y suis parvenu vers le kilomètre 100. Nous avons roulé un peu ensemble et puis je suis parti devant. J’espère que ce sera technique demain avec beaucoup de navigation, cela me permettrait de reprendre encore du temps… »

Sam Sunderland (Red Bull KTM Factory) 4e : « Après mon crash d’hier qui aurait pu avoir nettement plus de conséquences, je me suis ressaisi. Aujourd’hui, j’ai juste essayé de gérer mon avantage. Avec 25 minutes d’avance, je peux me permettre de prendre un peu plus de temps lorsque j’ai des doutes. Aujourd’hui c’était très dur, physiquement très exigeant. Heureux d’avoir passé cette nouvelle journée. Mais je suis certain qu’ils ont gardé le meilleur pour la fin… »

AUTOS

Nasser Al-Attiyah (Qat/Toyota Gazoo Racing Overdrive) 1er: « Une étape très difficile aujourd’hui. J’ai participé à de nombreux Dakar, mais jamais je n’ai connu une étape aussi éprouvante. Comme hier c’était très intéressant, car le corps, déjà éprouvé, est mis à rude épreuve à la veille de l’arrivée. Il nous reste une étape à faire pour finir ce SILK WAY RALLY en beauté. »

Eric Van Loon (P-B/Toyota Hilux Overdrive) 3e : « Aujourd’hui c’était une punition. Une spéciale très lente, avec des petites dunettes très molles. Personnellement, je n’ai pas pris de plaisir. C’était compliqué d’avancer dans ces conditions. Je crois qu’il y aura pas de dégâts dans le peloton aujourd’hui. » 

Jérôme Pélichet (Fra/Optimus Raid Lynx) 8e : « On était bien partis avec l’intention de nous battre contre Han Wei et défendre notre 2e place. Dans le sable mou, le moteur faisait un drôle de bruit et je devais descendre une vitesse à chaque fois pour conserver la puissance. Subitement, le moteur tournait dans le vide. Nous avons cassé le cardan à l’arrière gauche, mais nous sommes parvenus à le remplacer en moins d’une demi-heure. Pour la suite, le moteur semblait toujours faiblard. Nous avons dû contourner quelques dunes pour parvenir à passer. Et sur la fin, sur les pistes roulantes, cela allait mieux. A l’arrivée, nous avons constaté que le moteur tournait sur 6 des 8 cylindres, car deux câbles de bougies avaient brûlé. Demain nous repartons avec la pleine puissance, car cette place sur le podium, nous y tenons vraiment ! »

CAMIONS

Anton Shibalov (Rus/Kamaz-Master) 1er : « Nous avons abordé cette spéciale sur un bon rythme. Je n’ai jamais eu l’impression de prendre de risque. Le but était vraiment de rouler prudemment et d’enchaîner les obstacles avec efficacité. Cela nous a réussi, puisque les premières voitures ne nous ont pas pris beaucoup de temps aujourd’hui… »