News

Reste en contact!

Loeb et Kolomy premiers leaders

Loeb et Kolomy premiers leaders

Sébastien Loeb (Peugeot 3008DKR Maxi n°104) en auto, et le Tchèque Martin Kolomy (Tatra n°311) chez les camions, sont les premiers leaders du Silk Way Rally 2017 au terme de l’étape initiale entre Moscou et Tcheboksary, sur les rives de la Volga. Peugeot et Tatra s’offrent même un carton plein dans leurs catégories respectives.

A retenir

*Autos : Loeb bat la mesure

*T2 : Di Lallo ouvre le bal

*Camions : doublé Tatra, Kamaz en retrait

*Demain : «Piste principale pour Kazan»

Autos : Loeb bat la mesure

Sébastien Loeb et Daniel Elena (Peugeot 3008DKR Maxi n°104) ont fait parler la poudre sur cette première spéciale de 61 kilomètres. Sur un tracé plus typé WRC et plutôt glissant, le nonuple Champion du Monde des Rallyes a pris près d’une demi seconde au kilomètre à son équipier Stéphane Peterhansel, deuxième de l’étape à 29 secondes. Ouvrant la piste aujourd’hui, Cyril Despres complète le premier tir groupé des Peugeot en concédant plus de 2 minutes à Loeb. Crédités du même chrono à 3:38 du vainqueur du jour, les Mini John Cooper Works du Saoudien Yazeed Al Rajhi et de l’Américain Bryce Menzies s’emparent des 4es  et 5es places. 

CATÉGORIE T2 EN BREF

Di Lallo ouvre le bal

En catégorie T2, réservée aux véhicules les plus proches de la série, c’est l’Australien Adrian Di Lallo (Isuzu n°135) qui empoche la première victoire d’étape. Il devance les Toyota Land Cruiser du pilote officiel Toyota Autobody, le Japonais Akira Miura (n°133), et du Français Marco Piana (n°151). 

Camions : doublé Tatra, Kamaz en retrait

En catégorie camions la surprise du jour est venue des Tatra des Tchèques Martin Kolomy (Tatra Phoenix n°311) et Ales Loprais (Tatra 815/2 n°305), respectivement premiers et deuxièmes de cette première spéciale. Visiblement plus à l’aise sur les pistes glissantes, les ‘formats de poche’ tchèques devancent l’Iveco du Néerlandais Ton Van Genugten et le MAZ du Biélorusse Siarhei Viazovich. Gerard De Rooy et son nouvel Iveco complètent le top 5 à plus de 4 minutes de Kolomy. Quant aux Kamaz, ils demeurent étonnamment en retrait au terme de cette étape de mise en jambes. Ce soir à Tcheboksary Anton Shibalov (Kamaz 4326 n°312), premier représentant de l’armada bleue, pointe seulement en 8e position à 4:18 du vainqueur du jour, ce qui confirme la richesse du plateau camion sur ce Silk Way Rally 2017. 

Demain : «Piste principale pour Kazan»

La 2e étape entre Tcheboksary et Ufa (785,63 km dont 157 km de spéciale) invitera au pilotage sur une piste parfois étroite et technique. D’autres secteurs seront plus rapides et serpenteront dans la végétation. Attention à ne pas couper les virages car des trous profonds  et des rochers peuvent être cachés dans les herbes hautes. Ouvrir la piste ne sera pas aisé avec des changements de direction parfois masqués par la verdure…

RÉACTIONS

Etape 1

AUTOS

Sébastien Loeb (Fra/Peugeot 3008DKR Maxi n°104) : «Vu les conditions d’adhérence, on a plutôt roulé sur la défensive aujourd’hui. On s’est offert un ou deux tout droit. C’était particulièrement étroit et glissant sur l’herbe mouillée avec une voiture de près de deux tonnes. On n’a quasiment pas coupé les virages en prenant le moins de risques possible. Il n’y avait aucun calcul stratégique car ouvrir la piste demain ne sera certainement pas un avantage… »

Stéphane Peterhansel (Fra/Peugeot 3008DKR n° 106) : «Le plus difficile aujourd’hui ça a été de se réveiller à 2 heures du matin car hier soir pour être sûr de m’endormir tôt j’avais avalé un somnifère… Bref aujourd’hui il y avait beaucoup plus à perdre qu’à gagner sur cette spéciale. L’idéal demain sera de partir en 4e ou 5e position sur la spéciale… »

Cyril Despres (Fra/Peugeot 3008DKR n°100) : «Quand on ouvre la piste sur ce type de terrain comparable à ce que l’on peut trouver en France, on sait qu’on va perdre du temps. On a passé la spéciale à vider les flaques et à glisser dans tous les sens. Heureusement demain notre position au départ sera plus avantageuse mais, franchement, cela ne compte pas encore vraiment si tôt dans la course. »

Yazeed AL Rajhi (Sau/Mini John Cooper Works n°101) : «On s’est offert quelques belles glissades. C’est la première fois que je roule avec Tom (Colsoul) et cela nous a demandé un petit temps d’adaptation. Franchement, son anglais a plus l’accent … français que celui de Timo (Gottschalk). Nous ne attendions vraiment pas à concéder plus de 3 minutes 30 aux Peugeot sur 60 kilomètres. C’est beaucoup, mais la largeur des pneus joue certainement un rôle au niveau du grip et puis demain nous partirons dans une meilleure position. »

Bryce Menzies (USA/Mini John Cooper Works n°105) : «C’était glissant à souhaits et nous sommes partis très, très large (sourire). Je dois vraiment m’habituer à rouler dans ces conditions que je ne connais pas. Je crois que je pourrai hausser le rythme sur des pistes plus rapide au Kazakhstan.»

CAMIONS

Martin Kolomy (CZE/Tatra Phoenix n°311) : «Nous avons l’habitude de rouler dans ces conditions, chez nous en République Tchèque. Nous étions donc un peu sur notre terrain aujourd’hui. Bien sûr, il faudra ouvrir la piste demain. Ce ne sera pas vraiment un problème pour moi, mais plutôt pour mon copilote qui vient du WRC et pour qui il s’agit de la première expérience en rallye tout terrain… »

Ton Van Genugten (NLD/Iveco 4X4 DML n°306) : «Nous avons dû rouler au maximum sur le couple pour pouvoir rester sur la piste. D’un côté je suis déçu d’avoir raté plusieurs fois mes trajectoires dans les virages, car j’aurais vraiment pu réaliser un beau résultat aujourd’hui. De l’autre, en partant 3e camion demain matin, je n’aurai pas à attendre trop longtemps Gerard De Rooy, dont je suis avant tout le porteur d’eau… »

Siarhei Viazovich (BLR/MAZ 5309 RR n°304) : «Il ne fallait pas avoir froid aux yeux et un réel talent de pilotage pour réussir un bon chrono aujourd’hui sur cette première spéciale. Nous avons commis une erreur de navigation qui nous a coûté près de 3 minutes. Au final, à l’analyse des chronos de la spéciale, nous aurions sans doute pu l’emporter… »

Gerard De Rooy (NLD/Iveco 4x4 DML n°302) : «Mon nouveau camion s’est parfaitement comporté aujourd’hui. J’ai vu van den Brink arrêté et j’ai réussi à passer Mardeev qui avait, visiblement, un problème de grip sur ce terrain glissant. Lorsque j’ai vu le Renault Sherpa revenir sur moi, je l’ai laissé passer. J’aurais mieux fait de le garder derrière moi car je n’avais plus d’eau dans le lave-vitres et j’ai terminé la spéciale avec très peu de visibilité. J’aurais pu faire un meilleur chrono aujourd’hui, mais bon, je n’ai pas voulu prendre de risque. »

Anton Shibalov (RUS/Kamaz 4326 n°312) : «En partant derrière la majorité des camions, la piste était vraiment détruite. Il était particulièrement difficile de conserver la bonne trajectoire. Nous avons donc été particulièrement prudents. Il fallait des talents de pilote de WRC. On avait l’impression de rouler dans de la neige molle… »

Martin van den Brink (NLD/Renault Sherpa n°301) : «Je suis très vite revenu sur le Kamaz de Mardeev parti premier camion, juste devant moi. En arrivant sur une voiture arrêtée sur le parcours, j’ai voulu l’éviter en passant par la droite, mais je me suis planté pendant plusieurs minutes ce qui a permis à De Rooy de passer. Heureusement je suis reparti juste derrière et il m’a laissé repasser par la suite. Ensuite je n’ai plus vu personne, mais j’ai vraiment manqué d’adhérence. »

Ayrat Mardeev (RUS/Kamaz 4326 n°300) : «Partir en tête des camions dans ces conditions était vraiment très pénalisant. Nous avons été contraints de rouler très prudemment pour ne pas risquer d’abîmer notre Kamaz. Lorsque De Rooy et van den Brink m’ont dépassé j’ai pu constater que c’était nettement plus facile de rester dans leur sillage. »